Universités bretonnes : la France a tranché, les bretons resteront des ploucs hydrocéphales !

[Coup de gueule] Le télégramme, complaisant régional de l’effort français au jacobinisme extremiste, a préféré titrer « Grand emprunt. Aucune université de rang mondial dans le Grand Ouest ».

Commençons par le ce fameux (fumeux!) « Grand Ouest », jaillissant de toutes parts dans l’article du quotidien d’origine trégoroise. Terme générique pour nommer en deux mots les régions administratives Bretagne, Pays de la Loire, Poitou et Basse-Normandie. Relevons le très peu sérieux « Alors que la région brille par les performances scolaires de sa jeunesse« , comme si le « Grand Ouest » existait en tant que Région officielle. Ces fameuses performances étant essentiellement celles des étudiants bretons (Pays Nantais compris), la pilule « Grand Ouest » est d’autant plus difficile à ingérer, fleurant bon la falsification de chiffres au profit d’un projet délirant tel que ce « Grand Ouest ». Les bretons ne sont pas si ploucs que ça… mais gardons-nous de les citer. Bonnes pommes, evel boaz !

On attend avec impatience la création de la section des Jeunesses Ouestiennes, brassard au bras droit, salut propre et uniforme…

Revenons à nos moutons d’Ouessant. Aucune université bretonne dans le cadre du grand emprunt national (français). Visiblement, le groupement Université Européenne Bretagne n’a pas séduit par sa crédibilité. Les universités de Bretagne sont donc hors du champs de élite française, invisibles à l’internationale, privées de moyens financiers et techniques supplémentaires.

Vous rêvez comme moi d’universités de Nantes, Quimper, Brest ou Rennes, internationalement connues et reconnues telles Harvard, Cambridge ou Yale ? Alors pourquoi passez-vous votre temps à attendre que les commissions parisiennes prennent en compte nos réussites et nos ambitions ?

Deux solutions :

La première consiste a laisser nos administrateurs universitaires réclamer les miettes de pain auprès du Ministère français de la propagance jacobine.. heu … de l’éducation.

La seconde se résume en quatre mots : OUI au Parlement breton !

Pouvoir décider nous-mêmes des attributions des budgets alloués à l’éducation, aux université notamment, changera considérablement les choses.

Courage. 7,7 milliards d’euros pour le Grand Emprunt français auxquels les bretons participent largement, puisque seulement une faible partie des impôts payés en Bretagne reviennent sous forme d’aides sociales, de fonctionnement des administration et d’investissements. Démerdons-nous nous-mêmes ! Ni hon unan !

Continuez à vendre des galettes, faites ce qu’on vous demande !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s