Festival Interceltique de Lorient : bilan déplorable.


Le FIL, ce sont les représentants culturels et politiques des pays Celtes qui paradent au son des cornemuses. Jusque là, tout va bien. Des celtes, dont certains jacobins côté breton, et d’autres « aux ordres » de réseaux socialistes transnationaux. Exemple du Gallois qui porte plainte contre un breton qui lui explique comment dessiner une vraie carte de la Bretagne, non avec des « frontières » administratives dont le PS les voudrait immuables au point même du mensonge d’Etat et du déni culturel.

Que faisait l’Acadie en invité et fil rouge « celtique » de cette année ? Rien, à part un peu de Propagande.

Une minorité francophone, fière d’être « avec nos cousins français », entourée au Canada des barbares gaéliques qui eux avaient le mérite d’être celtes et celtophones. Un joyeux stand « de la francophonie » fut donc installé afin de vanter le caractère celte de la célèbre langue latine aux 100 mots éparpillés de « Gaulois »… pour le plus grand bonheur des bretons, ces joyeux gaulois !

Si le Festival a perdu en fréquentation et rentrées d’argent, on entendra ici et là que c’est « la faute à la crise », pas au manque de sérieux de la parade de promotion de l’Armée française d’occupation par les musiciens du Bagad de « l’Âne Biwè ».

Le FIL a rompu.

21 réponses à “Festival Interceltique de Lorient : bilan déplorable.

  1. En ce qui concerne l’Acadie il n’y a pas de région propre.Les Acadiens sont disséminés en Nouvelle-Ecosse,Louisiane, Nouveau-Brunswick,ïle du Prince Edouard.Le parler n’est pas le français du Quebec.Il est vrai par ailleurs que certaines expressions ( savoureuses ) en vieux français sont proches du Gallo et donc bien compréhensibles pour les bretons. ( parler du pays de Retz notamment ).
    Les Acadiens emploient entre autres des expressions issues donc bien d’un parler local breton.Le drame de l’Acadie c’est de ne pas avoir de territoire bien définie géographiquement parlant.

  2. Alors… beaucoup à dire là dessus mais je vais faire bref.

    Qu’est-ce qu’un peuple celte déjà? Je veux dire les bretons sont un peuple celte? Vraiment ? Les gaulois ne sont pas des celtes à ce que je sache, et le peuple breton est un très vieux mélange !

    D’ailleurs, vous n’êtes peut être pas au courant, mais plus de la moitié de ce que vous revendiquez comme étant la Bretagne n’a jamais parlé la langue bretonne gaélique que vous chérissez tant !!! Traitez moi de Jacobin si ça vous chante mais ça ne changera pas la réalité historique !

    Et puis qu’est-ce qui compte d’ailleurs? C’est le sang qui coule dans nos veines ou une forme de culture? Je ne vois pas en quoi la culture de chants Acadiens serait plus éloignée des chants Bretons que la culture de chants Irlandais ou écossais !!! Les Québécois et Acadiens ont beaucoup de répertoire en commun avec nous autres du pays Gallo, et si vous voulez considérer cette culture là comme une sous-culture française à bannir de Bretagne, n’hésitez pas à le dire franchement, ça éclaircira les lignes !

    Le celtisme a toujours été une image marketing pour surfer sur les mythes arthuriens (écrits en latin…), la symbolique druidique (initialement partagée avec les gaulois, et depuis longtemps largement délaissée !), bref une forme d’appel à la féérie qui est bien loin des réalités culturelles que nous vivons au jour le jour. Tiens, vous êtes au courant des revendications « celtes » de la Ligue du nord en Italie ? Vous en pensez quoi?

    • J’ai pris l’initiative de laisser votre commentaire sur cet article tant ce que vous dites est humouristique !

      Petits rappels :

      – la racine « gal » en latin, venant d’un substrat indo-européen signifiant « étranger », équivaut à « keltoï » en grec (kelt, celte), qui se retrouve dans « Wales » ou « Wallon » (germain « wall » et non gal ») ; « gall » en breton a ce sens de « étranger ». Les fameux étrangers « gaulois » sont celtiques continentaux, dénommés ainsi au sens du « Keltoï » grec qui définit bien les celtes, et puisque les autres étrangers proches cousins, germains sont appelés « germanii ». Gaulois = Celtes. Etymologiquement, culturellement, ethniquement (voir la fameuse étude sur les origines génétiques des européens par l’université de Cambridge). Jules Caius Caesar, dans son ouvrage sur la Guerre des Gaules, exprime bien l’idée d’une zone celtique de langues similaires au point de se comprendre des Galates (turquie) à l’Irlande.

      – Les britonii, ou britons, ou bretons, selon les usages linguistiques, sont une multitudes de tribus celtiques qui constitueront un Peuple, avec quelques apports belges et celtiques létaviens. Ils s’installent massivement en Armorique où ils fondent des royaumes bretons, par dessus des sociétés celtiques létaviennes dont la population est largement inférieure et dont les origines sont très proches de celles des britons. Le carractère brittonique est avéré génétiquement pour la population armoricaine jusqu’aux portes de Laval, de Chateau-gontier, du Lion d’Angers et jusqu’au Nord de ce que nous appelons aujourd’hui la Vendée militaire. Les bretons sont effectivement un mélange de celtes recroisés de celtes et quelques apports au fil du temps. Une chance de brassage limité certes mais qui donnera aux bretons une particulière résistance à la Peste noire, comme aux gallois, britons du centre de la Grande-Bretagne, Cornouailles, Devon, Brigandia (Actuelle Northambrie), Pays pictes etc.

      – Les légendes Arthuriennes sont à l’origine des poèmes bardiques du Nord du Pays de Galles, de Goddoddin et Cwmbria, et sont donc initialement écrits en « gallois », une forme de langue bretonne, ou brittonique si vous préférez. D’ailleurs, ces poèmes sont lisibles par un bretonnant lettré qui transpose l’alphabet légèrement différent en ce qui concerne les dialectes cambriens.

      – Le druidisme est une sacerdoce celtique paienne à rapprocher du brahamanisme au sein de l’hindouisme. Le druidisme vient de Grande Bretagne, donc des bretons. Les gaulois l’ont adopté car c’est d’abord une organisation de la société et de la tranmission des savoirs avant d’être une « spiritualité ».

      – Certains chants du centre Bretagne sont similaires à des chants berbères. La comparaison entre « chants » est appréciable de professionnels ou bonnes oreilles.

      Bien à vous

      • Et sur la ligue du nord rien?

        Tenez d’ailleurs, si mon post ne vous avais pas parut « humoristique » vous ne l’auriez pas laissé? c’est beau le débat public chez certains autonomistes j’avais oublié🙂

        Alors d’une je ne dirais rien sur la définition ethnique… la théorie des races a fait long feu, et je ne pense pas que ça soit encore représentatif de la majorité de la population d’où que ce soit, et quand bien même; vous aurez sans doute remarqué que les champions de bretagne de biniou bombarde cette année sont tous deux nés au Brésil.

        Reste donc la culture et là je suis d’accord avec vous: les chants bretons peuvent ressembler d’une certaine façon aux chants berbères (on m’en a beaucoup parlé mais je n’ai jamais entendu d’exemple de ça… musique arabe oui, musique Kurde carrément, mais chant berbère… vous sortez ça d’où vous? vous avez des extraits à faire écoute?), mais les chants du pays gallo sont souvent carrément les même que ceux qui sont chantés au Québec ! (en tout cas même textes à une vache près et mêmes formules de question/réponse… ou devrais-je dire kan a diskan?)

        En quoi notre culture serait elle plus proche de celle des bretons qui débarquèrent sur nos côtes il y a combien… deux mille ans? plutôt que des français d’aujourd’hui? des acadiens? voire même des berbères d’aujourd’hui? Un des enseignement que vous pourriez prendre dans les cultures Brahmaniques si vous les connaissiez: « la seule chose qui perdure, c’est le changement. »

        Au fait, comment se fait-il qu’on aie une culture païenne proche des religions indiennes? Vous avez aussi une explication historico-mythologique pour ça?

        La culture (surtout la culture orale) ne cesse de se forger au fil des siècle et des échanges avec les voisins au fil des voyages, des guerres, du commerce, de migrations… les Français étaient nos voisins pendant des siècles, sont devenus nos colons, nos bourreaux et nos frères jusqu’à ce qu’on devienne un peuple parmis les peuples de France pourquoi le nier? Il n’y a pas de jugement moral là dedans que je sache. On peut être à la fois Breton et Français rendre ces deux appartenances exclusives l’une de l’autre ne crée pas en soi une réalité culturelle.

        Si vous voulez refuser ça reniez publiquement l’appartenance du pays gallo à la bretagne et vous serez plus cohérent !

        Pourquoi écrire ce post si je sais que vous ne le publierez pas s’il vous gêne d’ailleurs? je ne sais pas… peut être parce que je ne cherche pas seulement à vous embêter?

      • « la théorie des races a fait long feu » je n’ai aucunement mentionné une quelconque théorie des races. J’ai simplement parlé de différencialisme génétique, relatif aux haplogroupes génétiques, mais si la Science a tort et l’idéologie raison, alors soit.

        Les champions sonneurs de Bretagne sont d’origine africaine, non du Brésil.

        Pour ce qui est de chant bretons, accadiens ou autres, tous les chants sont des chants. Etant donné que nombreux québécois sont descendants de bretons de Saint Malo, en plein pays gallo, la ressemblance des textes n’étant pas un pur hasard…

        Evidemment, la Bretagne a changée, s’est transformée, a essuyer les coups durs et doux de l’Histoire. De là à dire que notre Culture actuelle est l’exacte reflet de la Culture bretonne dès l’arrivée sur les côtes armoricaines, je ne prétend point cela. Les paysans gallois ont le goût d’avoir un piano et une bibliothèque dans leurs fermes depuis le 15ème siècle, il semble que cela n’est pas touché certains de leurs frères bretons, s’autosatisfaisant souvent de n’avoir qu’une culture limitée sur leur propre sort…

        Concernant le druidisme, il aussi proche du paganisme amérindien, si cela peut vous rassurer, les cultures anciennes sont allées un peu toutes dans le même sens. Les similitudes avec l’hindouisme peuvent provenir d’un fond INDO-EUROPEEN commun ou être pur hasard !

        Nous sommes « un peuple parmi les peuples de France », colonisés, pas moins bretons, pas moins différenciés, pas moins aussi beau que tout peuple au monde. En cela notre légitimité à concevoir notre Bretagne souveraine n’est pas à prouver par « papa est breton et maman est française ». C’est simpliste et contre-productif, un « arrangement » avec les droits de l’Homme « tout peuple a le droit à sa souveraineté ». Nous sommes une Nation, puisse-t-elle être influencée largement par la France, le Wallon Belge et la Suisse Romande n’en sont pas des français pour autant… pas plus que le Québec. A moins que vous y voyiez ici l’occasion de parfaire la théorie d’Hitler et son « espace vitale »… mais j’en doutes, simplement manquez-vous de « données » pour vous établir une assurance d’être breton et non franton ou breçais puissiez vous être du Pays « Gallo » !

    • @Bouh,
      Que voulez-vous faire passer comme message? . Vous semblez avoir une connaissance pour le moins inexacte de l’histoire de la Bretagne. Je ne vous parle pas bien sûr que la langue gaélique (comme vous dites n’en est pas une puisque on parle de langue britonnique, nuance) fut parlée et utilisée sur la majeur partie de la Bretagne (même dans le pays dit gallo), et qu’il est péremptoire de dire qu’elle n’a jamais été parlée sur plus de la moitié de la Bretagne.
      Arrêtez de faire accroire que sous prétexte de parler une langue romane (ou de faire partie d’une région de Bretagne qui a utilisé cette langue) les Bretons dits gallos seraient plus Français et que de fait ils se doivent d’être solidaires des Québécois et des Acadiens? (Que pensez-vous alors des belges d’expression francophone ou des suisses romands? considérez-vous les comme « français », je ne pense que pour la majorité d’entre eux, cela leur fera plaisir et je doute dans leur fort intérieur qu’ils pensent avoir un patrimoine commun en dehors bien sûr de la langue…). Parler de sous-culture à l’égard du Gallo est pour le moins osé, alors que ce dialecte fait partie de la culture bretonne au même titre que les dialectes bretons britonniques ou que le poitevin parlé dans le sud de la Loire-Atlantique. (vous semblez confondre la notion de langue et la notion de nation, je me répète : ce n’est pas parce qu’un irlandais parle l’anglais qu’il est anglais…)
      Donc pour revenir sur le festival interceltique, comme son nom l’indique il fait référence au mot celte, je ne vois vraiment pas ce que la culture acadienne a de celtique en soi. Il en aurait été autrement si Lorient avait accueilli des groupes venant du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle Ecosse car à côté de la culture francophone, il y a une forte composante celtique (s’expliquant par la migration de nombreux gaéliques venant d’Ecosse et d’Irlande). Là effectivement,cela aurait été différent.
      non comme l’indique le rédacteur, je pense que pour valoriser le patrimoine culturel acadien, le festival des Francofolies de la Rochelle aurait été judicieux…

      • Vous avez demandé à Yannick et Tangi ou ils sont nés ou vous avez brillamment déduit leurs origines au faciès avec une bonne vieille méthode « scientifique » ? Je n’ai de fait pas parlé à ce moment là d’origines mais de naissance, et vous aurez sans doute compris que j’accorde plus d’importance au droit du sol qu’au droit du sang ne vous en déplaise. Ensuite je n’ai jamais contredit le fait qu’il y ait des gènes, je suis juste au courant du fait que n’importe quel scientifique peut grouper les « types génétiques » comme il l’entend, et j’ai un très bon ami chercheur en biologie qui pourrait vous le confirmer.

        Si la langue ne fait pas la nation fort bien, qu’est-ce qui la fait? Pourquoi un irlandais est-il irlandais? D’aucun peuvent parler de culture, d’histoire politique, ou phénomènes sociaux, ou de la simple reconnaissance mutuelle des membres d’un groupe humain comme appartenant à cette nation. Cette notion telle que vous la développez est déjà un héritage culturel de jacobins, d’hommes qui ont fallacieusement mis dans le même sac des villages, des coins différents pour en faire une entité, un outil de leur propre pouvoir. C’est un remplaçant laïc de Dieu ou de la communauté des croyants, c’est une construction de l’esprit. La seule réalité tangible ce sont les gens, hors aujourd’hui plus que jamais les gens ne vivent pas seulement en Bretagne comme dans un pays à part, ils ne cessent d’être en contact avec le monde « extérieur » qui devient de fait partie intégrante de leur intérieur, ou est le mal?

        Et alors cet irlandais, pourquoi est-il Celte? Ce mythe historique du celtisme j’y baigne depuis tout petit et je constate jour après jour ses dérives fantaisistes, (on trouve paraît-il des celtes en Italie, en Espagne voir en Tunisie… ceux là nous sont plus proche culturellement que les chtis ou les angevins?) ce n’est qu’un filtre, une vision du monde parmi d’autres qui fait rentrer tout ce qu’il peut voir dans son processus d’auto-qualification et ignore le reste. Oui, il y a bien eu des migrations des Celtes au cours de l’histoire, mais il n’y a pas que les Celtes qui ont bougé il me semble? Et quand on bouge on se mélange… qu’est-ce qui nous permet de dire quelle culture va être dominante sur celle à laquelle elle se mêle? L’histoire a choisi la victoire militaire et/ou politique, la linguistique dit autre chose, la génétique dit tout et son contraire, reste la façon dont chacun choisi de construire sa vision du monde.

        Toute vision du monde comporte ce travers de ne voir que ce qui ne la contredit pas, la mienne y compris. Je n’ai pas d’ambition particulière en vous écrivant, j’essaie juste d’ouvrir un peu le débat histoire de laisser passer un peu de vos lumières dans mon intérieur, et vice vers ça :p

        La seule teneur de mon message consiste finalement à vous mettre en garde sur des petits bouts de réalité tangible qui n’entrent pas dans votre discours, qui en sont comme exclus par défaut, notamment une forme de déni du mélange, il se peut qu’on ait parlé breton à Nantes, mais depuis quand le parlé breton de Nantes est-il tombé dans l’oubli? Un peu de sérieux, on ne va pas s’identifier bêtement aux quelques-un de nos ancêtres qui vivaient en Bretagne à l’époque. Pour exemple… mon père a fait un arbre généalogique de notre famille bien bretonne et pas noble pour un sous… et en 1400 il nous a trouvé en droite ligne un empereur de Byzance… la vie est drôle non? Si ça se trouve ce sont mes gènes byzantins qui font de moi un si mauvais patriote !

        Amitiés.

        Bouh

      • PS: @Visan Yfi Mab Floch’: au fait je n’ai pas besoin de données particulières pour ne me savoir ni « breçais » ni « franton » mais bien Breton ET Français. D’ailleurs vous l’êtes aussi, ne serait-ce que l’un dans le coeur et l’autre devant la loi, même si vous souhaitez peut être changer ça …et cette façon de mettre gallo entre guillemets comme si l’existence de ce mot, de cette culture était en soi douteuse brrr… vous semblez plus proches de vos livres d’histoires que du « peuple » que vous invoquez tant!

  3. Pretty nice post. I just stumbled upon your blog and wished to say that I have really enjoyed surfing around your blog posts. In any case I’ll be subscribing to your rss feed and I hope you write again soon!

  4. Utile précision tout de même, le FIL en 2012 c’est 84000 entrées payantes.Certains spectacles ont pris carrément des bouillons.La faute à qui ? le manque de renouvellement artistique constaté même à mots couverts par les organisateurs et les habitués,la pauvreté de certaines prestations.Passons sur l’ambiance ayant bien changée : viande saoule trainant dans les rues à la nuit tombée,agressivité en résultant.Le FIL change, la ville aussi, se tournant vers une boboisation plus rentable pour des élus se moquant éperdument d’une véritable culture bretonne ou interceltique.

  5. Avec 800 000 participants en moyenne, le festival interceltique de Lorient crée en 1970 est un des plus grands festivals européens. Le constat de la baisse de la fréquentation dans les festivals est générale cette année. Plusieurs facteurs sont en cause (la crise, le temps…). J’approuve que vous défendiez sur ce site la mémoire de Polig Monjaret. Longtemps Président de la BAS, il a impulsé le festival des cornemuses de Brest transféré plus tard à Lorient. Je pense qu’il n’aimerait pas beaucoup les critiques faciles que vous faites au festival interceltique auprès duquel je n’ai aucune sorte d’action et je trouve cette remarque hors de propos. A titre perso, je ne suis pas du tout un grand fan de la soupe celtique et des choix culturels et musicaux de ce genre. Chacun ses gouts. Je ne vais jamais au festival (j’y ai été 2 ou 3 fois et ça s’est limité à la salle carnot seul endroit qui trouve grâce à mes yeux avec le fest-noz trad’). Pour autant, cela ne m’empêche pas de constater objectivement que ce festival est un moteur culturel et participe activement au rayonnement de la Bretagne en Europe et dans le monde. De ce point de vue, c’est une excellente chose et nous ne pouvons que nous en réjouir. Cordialement,

  6. Pas tout à fait exact : il existe bien des relations historiques britto-canadiennes.Lors du grand dérangement, déportation des acadiens, 78 familles sont établies à belle-ile en mer, par exemple.Des acadiennes épousent des bretons.Ce ne fut pas le cas partout effectivement.Le gardien du grand phare est un descendant de ces familles.Il existe une association active d’échange sur belle-ile.Et à voir aussi à Naoned : l’émouvante et très belle fresque sur le départ des acadiens de nantes pour la Louisiane.Pour le reste vous avez raison ; le fil perd son âme celtique.A force de voir trop grand on y perd son âme.

  7. Pour l’anecdote, l’Acadie, fondée en tant que colonie française en 1604 est peuplée par des personnes surtout originaires de l’Ouest de la France… nous devons donc avoir quelques cousins là-bas, quand même qui sait ?

    • Quelques cousins de Saint Brieuc effectivement, mais la majorité sont poitevins. Le Poitou, c’est dans l’Ouest. Quand bien même nos cousins picto-bretons s’accorderaient à nous citer dans la famille celte ? Or ici non, il s’agissait d’appuyer la grande famille « France », qui exclue tout différencialisme celtique.

  8. Comprenez moi chez Visan, ce qui est « extrême » c’est de dire que le bilan du festival est déplorable en raison de la présence de l’Acadie. J’aurai pu utiliser le terme « excessif ». D’accord pour dire que c’est regrettable et que cela n’a pas de sens, mais ce n’est qu’une anecdote et cela ne doit pas faire oublier l’importance de ce festival pour le rayonnement international de la Bretagne.

  9. OK mais vous êtes un peu dur avec le festival. On est pas obligé d’être aussi sectaire. C’est quand même un grand festival qui a un très beau rayonnement international d’ou son ouverture. Et tant mieux si les français expatriés nous envient ! Vous êtes pas un peu extrême des fois sur ce site ?

    • Non, il ne s’agit pas d’être « extrême », comme vous le dites. De plus, il ne s’agit pas des « français expatriés » mais d’une minorité francophone, les acadiens implantés depuis plusieurs siècles au Canada et majoritairement d’origines Poitevines, sans AUCUNS LIENS avec le Monde Celtique. Les propos rapportés d’une acadienne vantant les bretons comme étant « leurs cousins français » est une erreur de jugement. Comme si vous assimiliez les tibétains à des chinois.

      Que faisait un stand sur la francophonie au Festival InterCELTIQUE ? De la propagande. Sinon quoi ? Il y avait-il un stand sur l’anglophonie ? Sur l’hispanophonie ? Non. Que les bretons soient francophones, cela est admis et revendiqué même par les brittophones comme une chance de posséder ici des aptitudes au bilinguisme (forcé mais néanmoins galvanisant) ! 80 % des celtes revendiqués comme tels sont anglophones… les bretons, asturiens et galiciens étant de petites minorités assujettis à d’autres langues impériales.

      Si penser que la langue française n’est pas celte et n’a rien à faire à être représentée par un stand lors d’un Festival InterCELTIQUE, est extrême… pardonnez-moi de vous poser cette question : parler breton est-il extrême pour un breton ?

  10. etleur drapeau qui reprend le bleu blanc rouge (1794)alors que les acadiens francophones sont établis en amerique avant le 17eme siecle ….aumoins les quebecois ont adopté un embleme traditionnel…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s