La gauche jacobine s’attaque à Brittany Ferries

Un plan annoncé par la direction de Brittany Ferries et portant sur près de 6 millions d’euros d’économies est à l’origine du différend entre l’armement, ses 2.500 salariés, et les syndicats CGT et CFDT, réseaux syndicales des Partis Socialiste et Communiste. Ce plan fut annoncé en Juin dernier sans aucune réaction concrète de la part de la gauche française et ses réseaux syndicaux provinciaux (du latin pro-vincere, « pays vaincus »), en période d’élections et afin de ne pas gêner la propagande hollandiste ; les syndicats ayant attendu de s’occuper du cas de Doux avant d’attaquer de front la compagnie la plus stable du secteur ferry.

On avait connu récemment la vaste propagande syndicale quant à l’achèvement de SeaFrance, et désormais ils s’attaquent donc au leader breton des traversées trans-maritimes des deux Bretagnes : plusieurs grèves sont en prévision pour appuyer l’idéologie fascisante et anti-libérale primaire de la gauche extrême.

Le plan d’économie en question se traduit, en période de crise tant française que britannique, par une baisse des primes, une légère augmentation du temps de travail (de longues et deux minutes de pause en moins) et quelques suppressions de postes. « Ce plan est indispensable afin de redonner à Brittany Ferries de la rentabilité » selon la direction de l’entreprise.

Les mesures les plus drastiques concernant essentiellement les services de Cherbourg en Normandie, du fait d’une baisse considérable de la clientèle parisienne vers les Cornouailles britanniques (Kernow, pays brittonique comme la Bretagne) et le Devon (Dewnant, brittonique également) ainsi que des britons sud et centre vers la Normandie et la France.

On voit donc mal pourquoi le site de Rosco/Roscoff, moins perturbé par cette fois une légère baisse de fréquentation britonne, devrait subir un blocage complet des navires et être pris à partie sans distinctions entre les divers enjeux locaux ; si ce n’est pour tuer littéralement la filière bretonne à force de grèves répétitives en prévision ; apportant à la fois une mauvaise image auprès des britons concernant la seule entreprise de Ferry vers la Bretagne, autant que des difficultés d’accoster/repartir chez eux à bon port.

Depuis le début de l’éclatement du Groupe Doux avant les élections puis aux vues des manoeuvres du Ministre Monte-bourg, idéologue communiste, et des syndicats dépendant des réseaux socialistes, nous avions ici même prédit à plusieurs reprises – et encore récemment après la sortie du Parti Communiste sur le cas Doux – une probabilité de conflit chez Brittany Ferries, à classer dans la catégorie M.A.P. BREIZH (Mise Au Pas de la Bretagne – par la gauche ndrl) : au rang des entreprises dites « françaises » les plus stables et leaders sur leurs marchés, nous y classions la Brittany, Yves Rocher, Bolloré, Pinault-La Redoute, Laïta-Even, Lactalis et quelques autres. C’est la deuxième grande entreprise bretonne, cette fois aux résultats convenables et encourageant pour la Bretagne en pleine crise mondiale (ce qui n’était pas le cas de Doux malgré son leadership sur le secteur volaille), où nous voyons une grande manipulation médiatique et syndicale visant à mettre en pièce la Bretagne économique pour des raisons purement idéologiques. La France socialiste et nationaliste a besoin de couler la Bretagne pour ne pas la perdre d’une part, et pour la maintenir dans de bonnes pensées et orientations électorales. Imaginez que la crise fut presqu’un mensonge pour les bretons ? C’est le cas, encore faut-il ne pas se laisser manipuler par les quotidiens aux ordres de jacobins extrémistes (Ouest-France, Le Télégramme).

La Bretagne, c’est 7 à 8 % de chômage, comme l’Ecosse ou le Pays de Galles, comme la France avant la crise (où nous étions à 6 %). La France et l’Angleterre tournant autour des 10 à 12 % de chômage, sans compter les assistanats plus précaires (13 % de RSA en France, 1,7 % en Bretagne). Si la Bretagne connaîtra bientôt le chômage massif à la française, elle connaîtra aussi la propagande « super-man » des socialistes « nous vous sauverons, votez pour nous », après nous avoir fragilisé, détruit.

Ni zo hond da welet, ‘vel lârt ; ne vo tiet sklaer an amzer mem’stra !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s