Le Télégramme amalgame Jeune Bretagne et Adsav

Le Télégramme amalgame Jeune Bretagne et Adsav dans son sujet du jour, consacré à l’initiative des identitaires français qui ont manifesté sur le toit de la Mosquée de Poitiers actuellement en chantier et auxquels il affirmait que s’étaient associé certains membres des identitaires bretons, ce que dément aujourd’hui officiellement l’association Jeune Bretagne.    « Identitaires, leur VRAI VISSAGE ! »

Quelques petites remarques pour recalibrer cet article du Télégramme, habitué à servir la douce propagande socialiste, qui ici tire à gauche sur le mode « anti-fa » et ce de façon irresponsable, au point que l’ on se demande si le procédé ne vise pas seulement à  diaboliser « certains » au passage :

Militants de Jeune Bretagne

– « Jeune Bretagne » est une association identitaire et non un parti Politique. Extrême droite, oui, clairement. Doit-on toujours se précipiter dans la démarche visant à instaurer le « cordon sanitaire » excluant les associations et partis politiques très à droite voire à l’extrême droite ?

Militants du parti Adsav

– Adsav, puisque l’amalgame est surtout sur le sujet de cette formation (cité deux fois dans l’article, bien que n’ayant rien à voir avec l’initiative des identitaires), est un Parti de droite traditionaliste, ou populiste et indépendantiste. Rien à voir avec les identitaires, qui eux ne sont pas indépendantistes. Ce n’est pas un parti d’extrême droite même au sens français du terme. Ils sont de plus largement acceptés aujourd’hui dans le milieu nationaliste breton, malgré les campagnes de diffamations et de diabolisation, sauf par – evidemment – les instigateurs de cette diabolisation à savoir Breizhistance et UDB par la voix de leurs militants souvent les plus « haut-gradés ». Breizhistance, le fils Brutus d’Emgann, et UDB (Union Des – maoïstes – Bretons) qui sont eux des autonomistes de justification socialiste et non des nationalistes bretons véritablement, à en croire leur refus de travailler avec l’association K.A.D. sur le retour de nos institutions et libertés bretonnes (Parlement Breton) et simplement en excluant tout membre de l’UDB « pour appartenance à K.A.D. ». Certains aiment se claquer les portes eux-mêmes au nez…

– Aucun des membres d’Adsav, pas même de Jeune Bretagne, n’ont collaboré pendant la guerre : formations créés après les années 2000 et dont l’ensemble de leurs membres n’étaient pas nés ou trop jeunes pendant l’occupation. On comprend mal alors comment le Télégramme peut laisser publiés des commentaires allant dans ce sens idéologique, sans risquer un procès en diffamation. Il s’agit aujourd’hui d’apporter un peu de sérieux à la modération au sein de ce média, qui laisse de telles absurdités passer d’un côté, tout en censurant les commentaires critiques et objectifs contre les manoeuvres socialistes de l’autre.

Je rappelle que François Mitterrand a reçu une francique pour sa collaboration avec l’Allemagne nazie, ce qui n’a pas empêché visiblement le bon peuple breton de gauche, udbistes et télégrammistes compris, de voter pour lui et de s’en faire largement les échos en pays vaincu (Pro-Vince, Pro-Vinci, Pro-Vincius) !

Cet article est partial, ultra-socialiste, relevant les attirances du collaborateur au Télégramme pour la mouvance « anti-fasciste »… celle là même qui juge le parti Suisse de l’Union Du Centre, comme étant néo-nazi !!!!

On voit bien qu’ici en Bretagne, et aussi chez nos voisins français, que les amalgames diabolisants sont de mise. Au profit de qui ? De quoi ? De la démocratie ? Pourquoi cet anti-fascisme ne s’accompagne donc t-il pas d’un désir de revoir fonctionner le Parlement Breton ? Parce que tout simplement, ces thèmes et amalgames servent le Parti Socialiste uniquement, parti absolument CONTRE un Parlement Breton donc la démocratie.

Concernant la question de l’Islam en Bretagne ou en France, que souhaitent cacher les socialistes et amis du socialisme ? L’expansion non concertée et non calculée de l’Islam ? Le malaise que suscite cette religion nouvelle en Europe, chez les Peuples autochtones européens ? Sans jugement de valeur aucun, il est certain que l’absence totale de débats et d’appréciation régional du phénomène, risque fort de se finir mal ! Sujet bien utilisé, l’Islam pourrait servir également d’épouvantail aux bretons pour masquer les problèmes dus à l’immigration parisienne dite « de résidents secondaires ». Posons-nous simplement une première question toute bête : la Bretagne ressemble-t-elle seulement à la France pour envisager de copier littéralement les angles de vues de jacobins extrémistes ?

Cela dit, je ne défends pas les identitaires, qui sont selon moi des immatures politiques et au mieux de bons garçons vaillants manipulés. Adsav étant néanmoins beaucoup plus sérieux politiquement que ce que l’article laisse entendre en les amalgamant aux identitaires… Plus sérieux même que ce que le propre Historique du parti laisserait supposer aujourd’hui.

Distinguons bien un parti identitariste ou possédant des clauses identitaires par certains points (comme l’ensemble des partis bretons de gauche à droite et sans exceptions) ; et une association identitaire penn-da-benn sur la quasi totalité des orientations politiques. A l’heure où les mots « identitaire » et « identité » sont des gros mots, il apparaît plus intelligent de laisser chacun s’exprimer, pour une critique plus ouverte, même si elle se doit d’être critique justement. L’UDB serait donc incritiquable, car de gauche ? Si nous la critiquons ici avec force, nous n’en pensons pas moins que sa voix est légitime dans le débat publique. De même pour toute formation. Que souhaitons-nous ? Démocratie ou gauchocratie ? Pluralisme ou conformisme ?

Quid de l’Histoire pas très rose du Télégramme pendant la guerre ou on arrête là ?

13 réponses à “Le Télégramme amalgame Jeune Bretagne et Adsav

  1. A quoi bon souffler dans une baudruche si elle doit vous péter à la face ? L’épiphénomène franco-français JB mérite-t-il un tel raffut ? En guise de réflexion, je vous propose cette paraphrase: tout ce qui est mauvais pour la Bretane est excellent pour la France.

  2. Que l’EMSAV bien pensant reste donc fidèle à son dogme et à la gauche, et restons paisiblement attentifs à sa disparition progressive. La pente douce du déclin a débuté il y a cinquante ans, pas de raison que ça s’arrête demain.

  3. Monsieur Le Floc’h, une fois de plus, parle sans savoir. Pour connaître ces deux mouvements de l’intérieur, je peux vous assurer que JB est bien plus pragmatique et modéré dans ses discours que Adsav. Il n’y a pas de skinheads dont l’avant-bras est tatoué de portrait du maréchal Pétain ou de Maurras à JB. Suivez mon regard. On trouve bien plus de skin à Adsav qu’à JB. Aucun membre de JB n’a crié « Juden rauss » aux assises sur l’immigration de Vannes que je sache, des membres d’Adsav si.

    JB est pragmatique et politique, là où Adsav est idéaliste et groupusculaire. JB peut évoluer vers une plus grande influence, là où Adsav restera une bande de potes, à jamais.

    Voilà pour le style. Maintenant idéologiquement, JB ne se réclame pas de collaborationnistes notoires comme Olier Mordrel ou Célestin Laîné, Adsav si. JB ne fait pas de messe en intégriste pour la mémoire de l’abbé Perrot, Adsav si. Et caetera.
    Ces deux mouvements sont donc bien d’extrême-droite et Adsav est bien plus radical que l’autre, jusqu’à la caricature. Ce qui manque en Bretagne, c’est un vrai parti de droite, à la manière du MOB et de Pobl, placé politiquement entre le Parti Breton et Jeune Bretagne.

    • C’est vrai qu’il n’y a pas de parti de droite breton. Les Libéraux comme moi n’ont pas d’autre choix que de rejoindre Jeune Bretagne, pour l’efficacité. C’est un choix dont je me félicite. Désolé pour l’Emsavblishment!

      • C’est vrai que d’un point de vue communication et mobilisation (et argent), Jeune Bretagne semble avoir une avance sur Adsav ou même l’UDB dans un certain registre. Je vois les choses ainsi, pour ma part : rejoindre un parti, pour l’efficacité peut-être mais d’abord pour le fondement idéologique. Jb étant une association culturelle et politique et non un Parti politique, il semble que sa ligne idéologique soit un plus grand ramasse-tout de l’identitaire qu’un véritable corpus politique. Chacun fait ses choix. JB n’en reste pas moins un groupe français, issu de l’extrême droite française. Ce qui personnellement ne m’intéresse pas et n’intéresse pas l’Emsav. Voilà pourquoi une extrême droite bretonne serait plus intéressante, sur le point du fondement systémal : l’UDB sur ce même principe est moins intéressant pour un Emsaver, car c’est assurément un parti français, de gauche française, puisse-t-elle vouloir faire évoluer un système en place. L’Emsav propose un modèle breton (Bâtisse Maison), où tendances diverses (Artisans et architectes) et opposées peuvent en interpréter les aboutissements (couleurs des tapisseries). S’il s’agit seulement de renforcer l’isolation de la Maison France, cela n’intéresse à priori pas l’Emsav.

        Bretons pouvant appartenir à l’Emsav ou au Jacobinisme (le Post-jacobinisme est une déroute du Jacobinisme, non un Girondisme…)

    • Votre analyse relève d’une vision 100 % française et jacobine. Cela n’engage que vous, et vous l’aurez compris, ici, nous apportons notre contribution analytique d’un point de vue breton, puisse-t-il tout de même être influencé par deux siècles d’idéalisme français voir jacobin. Je connais aussi très bien ces deux mouvements, ne vous en déplaise, vous pouvez tout à fait penser que je « parle sans savoir » puisqu’au mieux accuser d’ignorance semble discréditer les thèses et analyses des personnes qui ne pensent tout simplement pas comme vous.

      Sur ce que vous dites des uns et des autres, j’aurai émis les mêmes mots, mais inversé l’ordre des protagonistes, sauf peut-être pour les classiques au sujet des militants bretons, que dis-je diables bretons, qui ont collaboré (relire l’article quant aux présences fantasmées à cette époque de membres d’Adsav…). Sachez néanmoins que je respecte Jeune Bretagne dans le débat, peu importe ce que j’en pense, et que je ne joue pas le jeu du cordon sanitaire de classe ni le dégressif politique français (= clivage): j’aime à relever QUI est patriote et nationaliste breton, et qui ne l’est pas. JB : pas plus que l’UDB. JB est sur une ligne idéologique issue du Nationalisme français et est donc d’extrême droite française. Adsav est très à droite, mais sur un schéma breton, qui tend à considérer ce parti comme populiste et traditionaliste de droite et non d’extrême droite, qui serait plus attribué à un parti dans la ligne du Breiz Atao actuel. C’est ainsi, mais si vous ou d’autres militants ou sympathisants de Jeune Bretagne aimeraient à faire partie de l’Emsav, c’est que finalement le modèle breton est plus attirant que le modèle français… à ce moment là, il vous appartient de postuler à Adsav et de participer à ses récents re-calibrages idéologiques, qui d’un point de vue communicationnel est très délicat post-diabolisation mais possible et déjà bien amorcés depuis la Présidence Bouder puis Le Gall en passant par les reconsidérations de Montauzier ces dix dernières années (malgré une proximité avec JB sur certains points). Ceux des peu de membres d’Adsav qui se tatouent des figures controversées de l’Emsav ou non, auront peut-être joué un jeu sur lequel on les attendait : correspondre au modèle diabolisé, et non correspondre au modèle voulu initialement.

      Demain, les membres de JB se tatoueraient « Charles Martel dalc’homp sonj » que cela ne vous choquerait pas, puisque selon vous plus censé. D’un point de vue futur et extérieur, une abomination. Bretoniser un tel français pour un combat politique est ni plus ni moins d’oxymore un reflet en négatif d’un « Che Gwevareg ».

      Adsav est bien moins radical sur le positionnement de clivage, je ne vous concéderais – actuellement en tout cas – pas le contraire, puisse-t-il être radical breton cette fois-ci. JB en est radicalement français malgré toute tentative de ressentir la Bretagne émotivement. Être breton de culture et sang ne garantie pas de penser l’Emsav comme base systémique. Quid du bagad de L’Âne Biwé et du Fesse-tival Interfrancophonique de Lorient ? Pas moins « identitaire », purement jacobinisant.

      • Répondre à votre plaidoyer pro domo, revient à critiquer l’un à l’avantage de l’autre. Ce que je refuse.
        Par contre je souhaite répondre aux critiques de certains membres de l’Emsavblishment, qui, comme chacun sait, a été le symbole de la réussite et de l’efficacité durant les 50 dernières années.
        Un mot pour éclairer le débat: Jeune Bretagne est effectivement un mouvement, une association, comme l’est Breizh 2004, notre association fédéraliste http://www.breizh-2004.org/wordpress/ .
        Je ne vois pas ce qui vous pousse à dire que Jeune Bretagne est un parti français. Ce n’est pas un parti.
        Jeune Bretagne est-elle manipulée par les sionistes? Je ne le pense pas.
        Nous sommes identitaires bretons et non français, je suis certain que les amis d’ADSAV! l’ont bien compris.
        Pour votre information, Jeune Bretagne s’inspire des écrits et des actes de la Nouvelle Droite (Micberth, également Alain de Benoist, Marmin, d’Orcival, Dominique Venner etc…) http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_Droite_fran%C3%A7aise
        Jeune Bretagne n’est pas plus français qu’italienne (Casa Pound) allemande, hollandaise, belge etc. Jeune Bretagne est bretonne et européenne.
        Pourquoi voulez-vous absolument opposer le côté « français » de Jeune Bretagne au côté « breton » d’ADSAV?
        Quant aux tirades contre les sionistes, propres à certains membres d’ADSAV, pardonnez-moi, mais elle sont très déplacées. Soutiendront-ils demain les gauchistes anti-sionistes, qu’ils soient bretons, français, arabes ou patagons?

      • Je n’ai pas attribué le terme « parti » à Jeune Bretagne. De mon point de vue, JB est issu du nationalisme français et en a toutes les caractéristiques même si « bretonisées », tandis qu’Adsav se fonde sur la base de l’Emsav. Que dire de plus ? Si les identitaires de droite française bretonisées veulent faire partie de l’Emsav, de Breizh et non de Bretagne-sous catégorie française, alors ils doivent changer leur fondement systémique. Point. Aucune haine ou tentative de diabolisation de ma part, juste un constat : JB est en dehors de l’Emsav.

      • Ainsi, JB est bien d’extrême droite du point de vue clivage français. Adsav relève d’autres critères donc autres sensibilités de détermination de clivage, puisque issu et fondé de l’Emsav. Ainsi, d’un point de vue nationaliste breton, Adsav n’est pas d’extrême droite.

      • Ce qui n’empêche pas des rapprochements et convergences d’idées… l’UDB, parti FRANCAIS (de gauche), trouve terrain d’entente sur des sujets avec le Parti Breton, parti de l’Emsav donc lui BRETON (et de centre-droit…)

  4. Je n’ai pas l’impression que Jeune Bretagne (Identitaires Bretons) soit un mouvement composé d’immatures, comme l’indique très élégamment le Floc’hington Post. Je n’ai pas non plus l’impression que ADSAV soit très éloigné de Jeune Bretagne. Quant à l’adjectif de « sérieux », je rappellerai très simplement que l’EMSAV n’a rien fait de « sérieux » depuis 50 ans. Tout au moins à mon avis. Mais je peux me tromper…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s