Vol d’explosifs de Plévin : l’ETAT règle ses comptes ?

(c) Maryvonne Cadioù (ABP)

Treize ans après l’ouverture de son procès et après une première condamnation à six ans d’emprisonnement en 2005 par la Cour d’Assise de Paris pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte de terrorisme » dans le cadre de l’affaire du vol d’explosif de Plévin ; Jean-Charles dit « Charlie » Grall s’est vu ouvrir son procès en appel depuis lundi.

Journaliste, il clame son innocence. « Il ne savait rien du projet de vol » affirme Me Yann Choucq, l’un de ses avocats.

Charlie Grall est considéré par l’accusation comme « le chaînon logistique entre l’Armée révolutionnaire bretonne (ARB) et l’organisation séparatiste basque ETA ». Une affirmation fantaisiste ayant tout de même retenu l’attention de la Justice d’ETAT en 2005 lors de sa condamnation.

L’Etat, au travers de sa Justice virtuellement indépendante, va-t-il régler ses comptes avec le dernier militant breton « à portée de main » ? Réponse sous quelques jours.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s